FANDOM


voir sur les autres projets :



Prononciation de l'espagnol

Page en construction

Sur cette page nous notons en italique les formes graphiques (mots, graphèmes, morphèmes, etc.) ; suivant les conventions internationales, nous indiquons entre barres obliques // les phonèmes et archiphonèmes (éléments phonologiques) et entre crochets [] les phones (réalisations phonétiques).

Les entrées du dictionnaire n'indiquent qu'une transcription phonétique.

Les principes de prononciation que nous indiquons sur cette page s'applique prioritairement aux termes patrimoniaux de la langue espagnole ou qui ont été adaptés à la logique de son système phonologique (les emprunts récents à d'autres langues non adaptés n'ont pas une prononciation bien établie ou sont susceptibles de ne pas respecter cette logique).

symboles APIModifier

Nous n'indiquons ici que les symboles utilisés pour transcrire la prononciation principale des entrées du dictionnaire. Pour une description plus complète des symboles API on pourra se référer à la page Annexe:Alphabet phonétique international du dictionnaire occitan-français.

Les syllabes toniques sont précédées du symbole « ˈ », les accents secondaires sont notés « ˌ ». Le symbole « ː » placé derrière un phone indique un prolongement de celui-ci.

voyelles oralesModifier

phone (symbole) description phonétique commentaires
[a] voyelle ouverte antérieure non arrondie prononciation de a
correspond à a italien, a tonique catalan, réalisation majoritaire de a en toute position en catalan occidental, a français de patte, réalisation la plus commune de a tonique et prétonique et occitan
[o] voyelle mi-fermée postérieure arrondie prononciation de o (voir remarques ici)
[u] voyelle fermée postérieure arrondie prononciation de u vocalique
o / ó occitan, ou français, u catalan, italien, portugais
[e] voyelle mi-fermée antérieure non arrondie prononciation de e (voir remarques ici)
é français de fée, e et é occitans, e catalan de muller, e atone du catalan occidental, e atone, é, e de faggeto italien
[i] voyelle fermée antérieure non arrondie i vocalique
comme dans les autres langues romanes

consonnesModifier

consonnes occlusives oralesModifier

Le système des occlusives de l'espagnol ne présente pas de difficulté particulière pour le lecteur francophone[1].

phone (symbole) description phonétique graphèmes
[p] consonne occlusive bilabiale sourde p
[b] consonne occlusive bilabiale sonore b
[t] consonne occlusive alvéolaire sourde t
[d] consonne occlusive alvéolaire sonore d
[k] consonne occlusive vélaire sourde c (+a, o, u), qu
[g] consonne occlusive vélaire sonore g (+a, o, u), gu (+e, i)

consonnes occlusives nasalesModifier

phone (symbole) description phonétique commentaires
[m] consonne occlusive nasale bilabiale sonore réalisation dominante de m
comme en français, occitan, catalan, italien...
[ɱ] consonne occlusive nasale labio-dentale sonore réalisation de n devant la fricative labiodentale [f]
comme en catalan
[n] consonne occlusive nasale alvéolaire sonore réalisation dominante de n ; réalisation de m en finale
comme en catalan, italien, occitan général, comme en français lorsqu'il est sensible
[ɲ] consonne occlusive nasale palatale sonore noté ñ
nh en portugais et occitan, gn en français, ny en catalan ; gn en italien est généralement géminé [ɲɲ] dans la prononciation standard
[ŋ] consonne occlusive nasale vélaire sonore réalisation de n devant consonne vélaire ([k g x]), réalisation possible de n final
comme en catalan et occitan, n(g) de l'anglais ring

consonnes fricatives et affriquéesModifier

Comme en catalan et occitan occidental (languedocien et gascon), les occlusives sonores ([b d g]) présentent des variantes combinatoires fricatives (respectivement [β ð ɣ])[2], que l'on peut trouver lorsque ces consonnes ne sont pas à l'initiale ou derrière nasale (ou, dans le cas de [d], devant /l/). Notons néanmoins que cette tendance à la fricatisation peut varier selon les phones et les contextes (on tendra par exemple à maintenir l'occlusion dans une prononciation soignée), et n'existe pas si le locuteur marque une pause. Dans le dictionnaire nous les indiquons lorsque la consonne se trouve entre voyelles ou liquides (sauf pour le groupe ld qui est généralement prononcé [ld]). Seul varie le trait de fermeture (occlusif > fricatif) et nous ne les incluons pas dans le tableau ci-dessous.

phone (symbole) description phonétique commentaires
[f] consonne fricative labio-dentale sourde notée f
comme en français, occitan, italien, portugais, catalan...
[θ] consonne fricative dentale sourde c devant e et i, z en toute position
[s] consonne fricative alvéolaire sourde s en toute position
s espagnol (standard) est dorso-dental ou lamino-alvéolaire (prononcé avec le dos de la langue contre les alvéoles du palais, parfois dit s « chuitant »), comme en catalan et occitan occidental ; il est prononcé plus en arrière que le s français et italien et est pratiquement prononcé comme [ʃ] (ch français) chez certains locuteurs
[x] consonne fricative vélaire sourde j en toute position, g devant e et i
son rare dans les langues romanes (on peut le trouver en francoprovençal), proche de r français mais sans voisement
[t͡ʃ] consonne affriquée (pré)palatale sourde ch en toute position
ch en anglais, ch en occitan méridional et en gascon, tch français de atchoum, tx en catalan, c italien de oceano

consonnes liquides (latérales ou rhotiques)Modifier

phone (symbole) description phonétique commentaires
[l] consonne latérale alvéolaire sonore notée l
comme dans les autres langues romanes
[ʎ] consonne latérale palatale sonore notée ll
correspond à lh (articulation traditionnelle) en languedocien, gascon et dauphinois, ll en catalan (tendance contemporaine à l'articulation [j] très répandue) ; gl(i) de l'italien, souvent géminé (pex. dans aglio > [ˈaʎʎo] ; ancienne prononciation de -ill- en français
[ɾ] consonne battue alvéolaire sonore r intervocalique ou implosif
comme en catalan et languedocien, r initial, intervocalique ou implosif italien
[r] consonne roulée alvéolaire sonore rr intervocalique, r initial ou en début de syllabe derrière consonne
comme en catalan et occitan occidental, rr intervocalique italien

Le groupe lr tend à se prononcer [r] par assimilation . el rey > [eˈrej].

glidesModifier

Comme d'autres auteurs, nous nous sommes limités à noter deux types de glides, en omettant la distinction entre semi-consonnes et semi-voyelles. De même, nous parlons toujours de diphtongue dans le cas d'une glide précédée ou suivie d'une voyelle. Les contextes où on trouve ces glides sont détaillés ici.

  • [w] : u non vocalique ; ou du français oui, ouate, u de l'italien cuora, du catalan teulat
  • [j] : i non vocalique  ; i du français miel, de l'italien iena, du catalan feina ; nous ne distinguons pas [j] de [ʝ] (respectivement semi-consonne et approximante dans l'API) et notons uniformément [j] ([ʝ] est une variante contextuelle de [j] fréquente en espagnol d'Amérique notamment)

Grandes lignesModifier

On dit souvent que l'espagnol se prononce comme il s'écrit. C'est en grande mesure vrai si l'on se limite au standard péninsulaire, comme il est par exemple généralement enseigné à l'étranger et comme nous le détaillons ci-dessous, mais en réalité les parlers effectifs actuels présentent tous des divergences plus ou moins marquées par rapport à ce standard.

remarque

Dans le dictionnaire, nous indiquons prioritairement la prononciation du standard péninsulaire tel que nous le définissons ci-dessous. Plus rarement, nous indiquons différentes prononciations existantes en pied de page. On se référera à la présente page pour plus de détails sur les variantes possibles.

Espagnol péninsulaire standardModifier

La prononciation de ce que nous nommons « espagnol péninsulaire standard » correspond grosso modo à la prononciation traditionnelle de la Vieille Castille (Castille-León), dont nous n'avons néanmoins pas retenu certaines innovations dont la diffusion est restreinte.

Partition syllabiqueModifier

La syllabation ou partition syllabique (découpage des mots en syllabe) n'est pas indiquée sur le dictionnaire. Dans la très grande majorité des cas, on peut néanmoins la déduire à partir de la graphie du mot, en respectant les règles suivantes :

  • Toute syllabe est constituée autour d'un noyau vocalique (une voyelle et une seule par syllabe).
  • Les digrammes ch, ll, et rr représentent chacun une seule consonne.
  • Une consonne située entre deux voyelles marque le début d'une syllabe
  • Dans les groupes de deux consonnes, la deuxième marque le début d'une syllabe, sauf s'il s'agit d'un groupe « occlusive + liquide » ou bien « fricative labio-dentale ([f]) + liquide », auquel cas le groupe marque le début de syllabe(?).
  • Dans les groupes de trois consonnes, la troisième consonne marque le début d'une syllabe, sauf si les deux dernières forment un groupe « occlusive + liquide » ou bien « fricative labio-dentale ([f]) + liquide », auquel cas la syllabe commence à la deuxième consonne du groupe.
  • Dans les groupes de quatre consonnes, la syllabe commence à la troisième consonne.
  • Un groupe de deux voyelles incluant i ou u (sans accent écrit ni tréma) est une diphtongue (il est prononcé comme une voyelle simple, d'une seule émission de voix, et constitue nécessairement le noyau de la syllabe). Il existe néanmoins des exceptions que l'on ne peut généralement pas déterminer a priori. (?) Les groupes de trois voyelles comportent obligatoirement un accent écrit(?) et la voyelle accentuées marque le début d'une syllabe. ï est prononcé [i] (et forme donc le noyau syllabique d'une syllabe) ; ü est toujours prononcé [w] et suivi d'une autre voyelle avec qui il forme donc une diphtongue.
  • Tous les autres groupes de deux voyelles sont prononcés en hiatus : chaque voyelle forme un noyau vocalique et marque le début d'une syllabe.

Exemples :

Exemples de hiatus courants ne suivant pas les règles indiquées dans la prononciation commune :

D'autres cas sont moins tranchés

  • actuar est souvent prononcé ac-tu-ar (ainsi que ses dérivés)
  • fiar semble majoritairement prononcé en deux syllabes (fi-ar) ; pour confiar c'est moins net (on entend aussi bien con-fi-ar que con-fiar)

Nos remarques concernant les hiatus sont valables pour la prononciation majoritaire du standard péninsulaires, mais on peut très bien entendre une prononciation diphtonguée, sans que cela pose jamais de problème de compréhension (la prononciation en hiatus ou diphtongue est sans valeur phonlogique).

Place de l'accent toniqueModifier

En espagnol, dans tous les mots polysyllabiques, une syllabe est prononcée plus fort que les autres ; on dit que c'est la syllabe tonique du mot, ou bien qu'elle porte l'accent tonique.

L’accent tonique a une valeur phonologique primordiale en espagnol : il permet de distinguer un grand nombre de mots, par exemple papa 'pape' ou 'pomme de terre' / papá 'papa', canto 'je chante' ou 'chant' / cantó 'il/elle a chanté', etc.

La graphie permet de connaître la syllabe accentuée :

  • Si le mot contient un accent écrit, la voyelle qui porte cet accent porte est tonique. Par exemple : carácter [kaˈrakteɾ], América [aˈmeɾika], camión [kaˈmjon]. Tous les mots proparoxytons (accentués sur la syllabe antépénultième) portent un accent écrit.
  • Si le mot ne comporte pas d'accent écrit, deux cas se présentent :
    • Si le mot se termine par une voyelle, par « n » ou par « s » (marques du pluriel des noms et des verbes), c'est l'avant-dernière syllabe qui est tonique. Par exemple : chica [ˈt͡ʃika], maleta [maˈleta], vacaciones [bakaˈθjones], Carmen [ˈkaɾmen], nevera [neˈβera].
    • Dans les autres cas, c'est-à-dire si le mot se termine par une consonne autre que « n » et « s », c'est la dernière syllabe qui est tonique. Par exemple : aprender [apɾenˈdeɾ], congelador [koŋxelaˈðoɾ], viajar [bjaˈxaɾ], certitud [θeɾtiˈtuð], papel [paˈpel].
remarque
  • Les mots composés conservent les accents toniques de leurs composants : buscavida > [ˌbuskaˈβiða]. Le dernier est cependant le plus marqué (noté [ˈ]) et les autres le sont moins (ce sont des accents secondaires, notés [ˌ]). En particulier, les adverbes formés à partir d'un adjectif avec le suffixe -mente portent donc l'accent principal sur le suffixe et l'accent secondaire sur le radical ; si l'adjectif comporte un accent écrit, il est maintenu dans l'adverbe dérivé. Ainsi : categóricamente (de categórico [kateˈɣoɾiko]) est prononcé [kateˌɣorikaˈmente], radicalmente (de radical [raðiˈkal]) se prononce [raðiˌkalˈmente], etc.
  • Certains termes proclitiques ou grammaticaux (articles définis, prépositions, conjonctions...) sont généralement atones dans le discours (ils ne portent pas d'accent tonique). Nous n'indiquerons pas d'accent dans la prononciation de ces termes s'ils sont monosyllabiques. S'ils sont polysyllabiques, l'accent indiqué sera valable dans le cas d'une prononciation isolée mais disparaîtra normalement s'il est inséré dans un discours. Par exemple, la préposition para est prononcée [ˈpaɾa] isolée, mais sera normalement atone dans le discours (on pourra même l'entendre prononcée [paˌɾa]). Remarquons que l'article indéfini un (et ses flexions) est habituellement tonique dans le discours(?)
  • Quelques mots monosyllabiques(?) portent un accent écrit afin de permettre la distinctions d'homographes (les mots non accentués sont des proclitiques sans accent propre dans le discours)  : pronom personnel / mi adjectif possessif, él pronom personnel / el article défini, flexion verbale / se pronom personnel, flexion verbale / de préposition, si conjonction / adverbe, mas conjonction / más adverbe et substantif.

PhonologieModifier

Phonologie de l'espagnol standard péninsulaire communément admise.

La colonne « allophones » n'indique que les variantes combinatoires (réalisations conditionnées par le contexte phonétique). Pour connaître les conditions de réalisations des variantes combinatoires, se référer à la section #Prononciation des graphèmes consonantiques. Les variantes libres sont présentées dans la partie #variantes dialectales.

Nous n'indiquons que les phonèmes admettant plusieurs variantes combinatoires dans le standard péninsulaire (pour les autres le même signe pourra être utilisé pour noter le phonème et le phone). Remarquons que les glides sont souvent considérées comme des variantes combinatoires du phonème vocalique correspondant ([j] de /i/ et [w] de /u/).

phonème allophones (réalisations phonétiques possibles)
/b/ [b], [β]
/d/ [d], [ð]
/g/ [g], [ɣ]
/n/ [n], [ɱ], [ŋ]

Neutralisations phonologiques :

  • Pour les consonnes occlusives, l'opposition sourde /sonore est neutralisée en fin de syllabe : /p/~/b/, /t/~/d/, /k/~/g/ ; en position intérieure, la consonne s'assimilera sur la consonne suivante en devenant sourde ou sonore selon la sonorité de cette dernière (sauf dans le cas de d évoqué plus bas, on ne trouve pas ces consonnes dans des mots patrimoniaux espagnols et la prononciation reste mal établie)
  • L'opposition entre les nasales /n/ et /m/ est neutralisée en position implosive (en fin de syllabe ou de mot) : apparition d'un archiphonème /ɴ/ réalisé majoritairement [n] en finale absolue, et déterminé par le point d'articulation de la consonne subséquente (assimilation) dans les autres cas
  • L'opposition entre les rhotiques /ɾ/ et /r/ n'est valable qu'entre voyelle ; dans les autres cas on a un archiphonème /ʀ/, toujours réalisé [r] en début de mot, et majoritairement [ɾ] en position implosive (la variante libre [r] est néanmoins courante)
  • L'existence de /r/ comme un phonème de l'espagnol est controversée, certains auteurs le considérant comme une forme géminée de /ɾ/, gémination qui n'a de valeur phonématique qu'entre voyelles (selon ce point de vue, /ɾ/ a pour réalisation à l'initiale la variante combinatoire [r], et pour variantes libres [ɾ] et [r] à l'implosive)[4].

Prononciation des graphèmes consonantiquesModifier

graphèmes prononciations exemples
b [p] devant consonne sourde
[β] entre voyelles ou liquides, ou en finale absolue
[b] dans les autres cas
absoluto > [apsoˈluto]
hablar, baba > [aˈβlaɾ], [ˈbaβa]
c [k] devant consonne, a, o, ou u
[θ ] devant e ou i
ch [t͡ʃ] en toute position (n'existe qu'en début de syllabe)
d [t] devant consonne sourde
[ð] entre voyelles et rhotiques, ou en finale absolue
[d] dans les autres cas
f [f] en toute position
g [x] devant e ou i
[ɣ] entre a, o, u ou liquides
[g] dans les autres cas (devant a, o et u en début de mot ou derrière n)
gu [ɣw] derrière voyelle ou liquides et devant a ou o
[gw] devant a ou o dans les autres cas
[ɣ] derrière voyelle ou liquides et devant i ou e
[g] devant i ou edans les autres cas
h toujours muet (marque parfois une tendance au hiatus)
j [x] en toute position (se trouve surtout en position explosive)
k k (rare)

[k] en toute position

l [l] en toute position
ll [ʎ ] en toute position (n'existe qu'en début de syllabe, jamais derrière consonne)
m [n] en finale absolue (en fin de mot)
[m] dans les autres cas
álbum, inversor > [ˈalbun], [imbeɾˈsoɾ]
n [ŋ ] devant [k], [g], [x]
[m] devant bilabiale ([b], [p], [m])
[ɱ ] devant [f]
[n] dans les autres cas
inminente, inversor > [immiˈnente] [imbeɾˈsoɾ]
ñ [ɲ ] en toute position (n'existe qu'en début de syllabe)
p [p] en toute position
qu [k] en toute position (n'existe qu'en début de syllabe devant i ou e)
r [r] en position initiale absolue (en début de mot) ou derrière consonne en attaque syllabique
[ɾ] dans les autres cas (entre voyelles ou en fin de mot)
rata > [ˈrata], honrado > [onˈraðo], honor > [oˈnoɾ], ahora > [aˈoɾa], pero > [ˈpeɾo]
rr [r] en toute position (n'existe qu'entre voyelles) perro > [ˈpero]
s [s] en toute position sustituyes, caso, persa > [sustiˈtujes], [ˈkaso], [ˈpeɾsa]
t [t] en toute position tutear, astro > [tuteˈaɾ], [ˈastɾo]
v [β] entre voyelles ou liquides
[b] dans les autres cas
x [ks] en toute position exacto > [ekˈsakto]
y [j] (n'apparaît qu'en début de mot devant voyelle, entre voyelles ou en finale absolue ; y > [i] est une exception, mais devient fréquemment [j] dans le discours devant ou derrière voyelle) ya, haya > [ˈja], [ˈaja]
z [θ ] en toute position (n'apparaît que devant les voyelles a, o et u à de très rares exceptions près, ou en fin de syllabe)
Remarques 
  • est utilisé devant i et e ; dans ce groupe, g est prononcé [ɣ] ; u est généralement prononcé [w] (mais tend parfois à être prononcé [u] derrière certains groupes consonantiques).
  • v et b se prononcent de la même manière (on parle de bêtacisme).
  • s connaît un grand nombre de variations dans ses réalisations dialectales.
  • L'espagnol moderne présente un nombre très réduit de fricatives et affriquées. Elles étaient beaucoup plus nombreuses en espagnol médiéval, mais un important réajustement a eu lieu autour du XVIème siècle pour déboucher sur le système actuel ; ce réajustement ne s'est pas déroulé partout de façon uniforme et explique une grande partie des importantes variations dialectales que l'on trouve actuellement à ce niveau.
  • En fin de mot, n est fréquemment prononcé [ŋ], mais nous notons néanmoins uniformément [n] dans ce cas
  • Dans quelques nom propres et dérivés est maintenue une orthographe archaïque où x[5] doit être prononcé [x], comme par exemple México, mexicano > [ˈmexiko], [mexiˈkano] (les formes Méjico, mejicano existent mais sont minoritaires)
  • Nous ne notons pas [n̪], allophone dental de /n/ devant t et d (nous notons uniformément [n] dans ce cas)
  • w n'apparaît que dans des emprunts à d'autres langues (surtout germaniques), il est prononcé [w], [u] ou comme b selon les cas
  • x tend à se prononcer [s] devant consonnes sourdes ([ks] dans ce cas est une prononciation savante), tendance que nous suivons parfois dans le dictionnaire ; il tend à se relâcher en [gs] ou [s] en toute position dans la prononciation populaire
  • [ʎ] tend vers [j] dans la plupart des parlers actuels (voir infra), mais nous notons néanmoins toujours la prononciation traditionnelle
  • r est majoritairement prononcé [ɾ] en position implosive (c'est ainsi que nous l'indiquons) mais la prononciation [r] n'est pas rare
  • Dans le groupe savant nm, n tend à être assimilé par m : inmóvil > [imˈmoβil]
  • En position initiale, le groupe savant ps- est le plus souvent prononcé [s]
  • Dans les très rares cas où il se trouve en position finale, j (> [x]) est couramment amuï : reloj > [reˈlo] (on peut à la rigueur entendre un très léger battement vélaire, une sorte de [k] très atténué ; la prononciation [reˈlox] est artificielle)

VoyellesModifier

Le système vocalique de l'espagnol standard est très simple comparativement aux autres langues romanes. On ne trouve que 5 voyelles, chacune pouvant porter un accent graphique « ´ » (toujours aigu) qui indique le caractère tonique :

  • a est prononcé [a]
  • i est prononcé [i] ; dans un groupe de deux voyelles avec a, e et o il est prononcé [j] ; dans le groupe ui il est prononcé [i] et dans iu il est prononcé j ; í accentué et ï sont toujours prononcés [i]
  • o est prononcé [o]
  • u est prononcé [u] ; dans un groupe de deux voyelles avec a, e et o il est prononcé [w] ; dans le groupe ui il est prononcé [w] et dans iu il est prononcé u ; ú accentué est toujours prononcé [u] ; ü est toujours prononcé [w]
remarques
  • o [o] est e [e] sont en réalité d'aperture moyenne (le premier est parfois noté [o̞] par certains auteurs) et variable ; l'absence de e et o ouverts en espagnol fait que l'on dispose d'un grand espace articulatoire pour réaliser ces deux voyelles : la prononciation plus ou moins ouverte ou fermée ne peut créer aucune confusion. On observe dans la plupart des parlers une tendance à ouvrir ces deux voyelles devant coda (consonne marquant la fin d'une syllabe), particulièrement devant s, m ou n, tandis qu'elles tendent à être plus fermées en finale de mot ou de syllabe. Ainsi, le mot perros prononcé [ˈperos], avec un o fermé comme en français parisien sera perçu comme non naturel. Il existe néanmoins d'importantes variations dialectales, et certains dialectes donnent une valeur phonématique à l'ouverture de ces voyelles. Dans le dictionnaire nous notons toutefois [o] et [e].
  • o atone suivi de a ou e peut tendre vers [w] dans une diction rapide
  • Derrière certains groupes consonantiques, les groupes i et u + voyelle tendent parfois à ne pas former de diphtongue : argüir, adriático, afluencia, embriaguez, crianza, austriaco > [aɾˈɣwiɾ]/[aɾɣuˈiɾ], [aˈðɾjatiko]/[aðɾiˈatiko], [aˈflwenθja]/[afluˈenθja] [embɾjaˈɣeθ]/[embɾiaˈɣeθ], [ˈkɾjanθa] / [kɾiˈanθa], [awsˈtɾjako]/[awstɾiˈako]
  • Il n'existe pas de voyelle nasale en espagnol standard. Dans les parlers où on en trouve, elles sont néanmoins sans valeur phonologique (c'est une simple coloration donnée par la consonne subséquente sur la voyelle antérieure) et la consonne reste souvent sensible.

Phonétique syntaxiqueModifier

Dans un énoncé syntactique (une phrase ou un groupe de mot, énoncés sans pause), la partition syllabique est redistribuée sans tenir compte des fins de mots (los otros > lo-so-tros) et les réalisations des phonèmes et archiphonèmes séparant les mots acquièrent les même caractéristiques qu'en position intérieure :

  • /b/, /d/ et /g/ deviennent respectivement [β], [ð] et [ɣ] entre voyelles ou liquides
  • /ɴ/ (< m ou n) est prononcé [m] devant bilabiale ([b m p]), [ŋ] devant consonne vélaire et [ɱ] devant la labiodentale [f] : un país > [umpaˈis]], un bombón fenomenal > [umbomˌboɱfenomeˈnal], álbum caro > [ˌalβuŋˈkaɾo], referéndum facticio > [refeˌrenduɱfakˈtiθjo]
  • /ʀ/ (< r) est prononcé [ɾ] : cantar y comer > [kanˌtaɾikoˈmeɾ]
  • /i/ atone devient [j] entre voyelles : uno y otro > [ˌunoˈjotɾo]

Variantes dialectalesModifier

Tendances généralesModifier

  • [ʎ] tend à se prononcer [j] dans la plupart des parlers actuels (on parlde yeísmo ; il s'agit d'un phénomène ancien et pratiquement généralisé dans la plupart des parlers andalous et américains)
  • L'opposition entre /θ/ et /s/ n'est connue que dans les parlers péninsulaires, hors andalou. Hors de la péninsule et dans la plus grande partie de l'Andalousie, il n'existe qu'un seul phonème (voir #Seseo et ceceo).
  • d intervocalique est instable et chute dans de nombreux parlers (notamment en andalou, murcien, en Amérique hispanique, ainsi que dans une bonne partie du Pays valencien, trait que l'on retrouve dans le catalan local) ainsi que dans la langue populaire, particulièrement dans le cas des mots terminés en -ado(r) et -ada. Ainsi, cantado cantador, bailador, nada sont fréquemment prononcés respectivement [kanˈtao], [kantaˈoɾ] (voir cantaor), [bajlaˈoɾ] (voir bailaor), [ˈna]/[ˈnaː]. Dans le groupe vocalique [ˈao] final résultat de -ado, le o est lui-même fréquemment atténué en un [w] ([kanˈtaw]) parfois à peine sensible (si bien qu'on peut parfois entendre pratiquement [kanˈtaː].
  • d final est particulièrement instable (la prononciation [ð] que nous indiquons est en définitive peu fréquente). Il chute totalement dans de nombreux parlers, en particulier en Amérique, en Andalousie ainsi que dans la langue populaire de diverses régions péninsulaires. La prononciation [θ], originaire de Castille et issue d'un dévoisement de [ð], est de plus en plus prégnante dans la péninsule (c'est celle majoritairement colportée par les médias nationaux ; elle jouit d'un certain prestige et il n'est pas rare que des locuteurs d'autres régions l'adoptent). Dans les régions catalanophones, on entend souvent [t] suivant la phonétique catalane ; on trouve également cette prononciation comme résultat d'une hypercorrection en Amérique hispanique. Pour éviter la chute, il peut également être renforcé en un [d] occlusif bien audible dans une diction soignée. Ainsi universidad > [uniβeɾsiˈðað], [uniβeɾsiˈða], [uniβeɾsiˈðaθ], [uniβeɾsiˈðat], [uniβeɾsiˈðad]
  • [gw] tend souvent vers [ɣw] voire [w] y compris en début de mot : agua > [ˈaɣwa]/[ˈawa], guagua > [ˈgwaɣwa] (rare)/[ˈɣwaɣwa]/[ˈwawa]
  • Dans le langue familier, s final et implosif tend souvent à être aspiré en [h], voire à chuter. Dans la péninsule, il s'agit d'un trait andalou qui a connu une forte expansion.
  • Les groupes consonantiques savants tendent à se simplifier par assimilation régressive dans le langue courant ou populaire (cette assimilation peut être partielle et se limiter au point d'articulation, ou être totale, la première consonne disparaissant alors totalement) : [tk], [kt], [kθ], [pt] > [kk]/[k], [tt]/[t], [θ], [tt]/[t], etc.
  • [n] implosif est particulièrement instable devant les groupes consonantiques savants (type -str), comme en occitan et catalan. Par exemple, construcción est souvent prononcé [kostɾukˈθjon]/[kostɾukˈsjon].

Traits péninsulairesModifier

  • Le catalan vélarise l en [ɫ] en position finale et implosive, trait que l'on peut retrouver dans l'espagnol parlé dans les Pays catalans

Seseo et ceceoModifier

La plupart des hispanophones ne distinguent pas /θ/ et /s/. Ils ne connaissent qu'un seul phonème, réalisé [s] (on parle de seseo) ou [θ] (ceceo) ; les séquences du types sc + i, e (> [sθ] dans le standard péninsulaire) sont simplifiées dans ces parlers en [θ] (ceceo) ou [s] (seseo). Il existe en réalité une grande variété dans la réalisation de ce phonème unique (pex. la RAE en dénombre 6)[6].

Les locuteurs seseantes réalisent majoritairement un [s] apico-alvéolaire, proche du s français (et donc différent du [s] prédominant en espagnol péninsulaire). (?)

Les locuteurs ceceantes réalisent majoritairement un [θ], dont le caractère interdental est moins marqué que celui du standard péninsulaire.

Généralement le ceceo est perçu comme un trait vulgaire et campagnard, socialement dévalorisé. On le trouve surtout dans les classes populaires et dans les zones rurales.

ExtensionModifier

Le seseo est prédominant :

  • En Amérique hispanique (États-Unis compris), aux Canaries, dans la région de Murcie et dans une partie de l'Andalousie (notamment : zone ouest de la province de Huelva, ville de Séville, nord de la province de Séville, ville de Cadix plus grande partie de la province de Cordoue, extrême-nord de la province de Málaga).

En Espagne, les zones ceceantes sont[7][8][9] :

  • La quasi-totalité de la province de Cadix, hormis la ville de Cadix elle-même, majoritairement seseante ;
  • La plus grande partie de la province de Malaga à l'exception de la zone d'Antequera ;
  • La partie méridionale des provinces de Huelva, Séville et Grenade, et la comarque du Poniente almeriense ;
  • Certains noyaux ceceantes existent également, isolés de l'ensemble majoritairement ceceante, dans des villages des provinces de Jaén et Cordoue.
  • Outre en Andalousie, on le retrouve dans le coin sud-est de la région de Murcie (autour de Carthagène) et au nord-ouest de la province de Badajoz[10].

On trouve également des zones ceceantes éparses dans une bonne partie de l'Amérique hispanique (Amérique centrale et andine et andine principalement), bien que largement minoritaires.

l'andalouModifier

D'autres traits caractéristiques de l'andalou (que l'on peut généralement retrouver de façon plus ou moins systématique dans nombre d'autres parlers) sont :

  • perte de la distinction entre [l] et [ɾ] en position implosive
  • forte tendance à la chute de diverses consonnes finales, notamment [ð], [s]/[θ] [l] et [ɾ]
  • en position intervocalique, tendance à l'amuissement des allophones fricatifs de /b/, /g/ et, surtout, de /d/, en particulier en position post-tonique
  • [x], [s] et [f] implosifs intérieurs deviennent [h] (consonne aspirée), plus ou moins sensible ; ec phénomène peut également affecter également [s] intervocalique
  • maintien de l'aspiration de h initial, prononcé lui aussi [h]

(?)

Notes et référencesModifier

  1. Dans le dictionnaire, nous n'avons pas distingué les variantes alvéolaires [t d n] et dentales [d̪ t̪ n̪] des occlusives et notons toujours les premières.
  2. En réalité il s'agit plus proprement d'approximantes [β̞, ð̞ ɣ̞] étant donné qu'il n'y a pas de frication audible (la durée d'une approximante et toujours très brève, elle ne saurait être prolongée ; nous les notons néanmoins comme des fricatives, suivant la notation traditionnelle et étant donné qu'il n'y a aucune confusion possible avec des fricatives véritables.
  3. ALEA, carte 1214
  4. RAE 2011, p. 248, § 6.8d
  5. ce x était prononcé à l'origine [ʃ], son qui est devenu [x] en espagnol moderne
  6. RAE 2011, p. 193 § 5.5o
  7. Atlas Lingüístico y Etnográfico de Andalucía
  8. Pilar García Mouton, El Atlas lingüístico y etnográfico de Andalucía. Hombres y mujers. Campo y ciudad, Instituto de Filología (CSIC).
  9. Zamora Vicente 1967, p. 299-309
  10. Zamora Vicente 1967, p. 289

BibliographieModifier

  • Real Academia Española, Asociación de Academias de la Lengua Española, Nueva gramática de la lengua española — Fonética y fonología, Espasa libros, 2011
  • ALEA
  • Manuel Alvar, Estructuralismo, geografía lingüística y dialectología actual, Madrid, Gredos, coll. « Biblioteca Románica Hispánica / Estudios y Ensayos », 1969, 222 p.
  • Manuel Alvar, Dialectología hispánica, Madrid, UNED, 1977
  • Manuel Alvar, Manuel de dialectología hispánica : El español de América, Barcelone, Ariel, 2000 (réimpr. 2000), 1re éd. (1re éd. 1996), 254 p. (ISBN 84-344-8218-5)
  • Juan C. Zamora Munné, Dialectología hispanoamericana: Teoría - Descripción - Historia, Salamanque, Almar, coll. « Publicaciones del Colegio de España »,‎ 1982, 2e éd., 206 p.
  • Alonso Zamora Vicente, Dialectología española, Madrid, Gredos,‎ 1967 (réimpr. 6), 2e éd. (1re éd. 1960), 587 p. (ISBN 84-249-1115-6)

Interférence d'un bloqueur de publicité détectée !


Wikia est un site gratuit qui compte sur les revenus de la publicité. L'expérience des lecteurs utilisant des bloqueurs de publicité est différente

Wikia n'est pas accessible si vous avez fait d'autres modifications. Supprimez les règles personnalisées de votre bloqueur de publicité, et la page se chargera comme prévu.